Une danseuse ne porte pas de lunettes

couv Une danseuse ne porte pas de lunettes

Une danseuse ne porte pas de lunettes est un très bel album sur l’univers de la danse et sur les exigences que cette pratique requiert. Beaucoup d’apprentis danseurs pourront se reconnaître dans l’histoire de la petite fille du livre, Daisy. Pour le spectacle de fin d’année, le professeur Golovine a choisi quatre danseuses pour participer à son nouveau ballet et Daisy en fait partie… En plus, Pauline de Belleville, la directrice de la célèbre Tutu et Cie en personne, viendra assister à la représentation ! Daisy est aux anges, mais sa joie est rapidement ternie par la règle imposée par son professeur (et dans le monde de la danse en général): « Mais, attention, Daisy, tu devras enlever tes lunettes quand tu monteras sur scène ! Une danseuse ne porte pas de lunettes ! » Pour cette jeune passionnée de danse, la sentence tombe comme un couperet…

Elle aime la danse plus que tout mais sans lunettes, elle voit flou. Alors, comment faire pour danser correctement ? Notre jeune danseuse essaie, mais en vain… Entre ses cauchemars et les moqueries de ses copines, Daisy est désemparée. La date du ballet approche et, heureusement, elle a enfin une révélation: elle se met à répéter dans le noir. Guidée par sa passion et son envie de se surpasser, la petite danseuse trouve progressivement ses marques et se dit que c’est finalement peut-être possible de danser sans ses lunettes. Mais, qu’en sera-t-il le jour de la représentation ?

Le grand jour arrive enfin et, encouragée par sa grand-mère, Daisy suit ses conseils: « On ne danse bien qu’avec le cœur. » La peur disparaît, l’envie de danser prend le dessus et Daisy s’envole. Bien entendu, Pauline de Belleville et le professeur Golovine la félicitent, le pari est gagné pour Daisy !

Le texte de cet album a été écrit par Claudine Colozzi, journaliste et auteure spécialisée dans la danse. Pour le plus grand plaisir des lecteurs, ce livre présente les thématiques principales de la danse chez les enfants comme les cours, l’amitié-rivalité, l’excitation et/ou le trac du spectacle de fin d’année, mais aussi une réalité peu abordée: comment fait-on pour danser sur scène lorsque l’on porte des lunettes ? Et que l’on est trop jeune pour des verres de contact… Avec finesse, Claudine Colozzi parvient à traiter cet aspect en mettant en avant la différence comme un moteur pour s’affirmer. La danse est bien souvent une affaire de passion et cela donne des ailes, permettant de tout dépasser !

Les illustrations d’Elsa Oriol donnent vie au texte avec autant de légèreté et de profondeur qu’il en fallait. Oui, on peut affirmer que le style d’Elsa Oriol va à merveille avec celui de la danse… Ses petites danseuses sont adorables et elle sait apporter beaucoup de mouvement aux scènes dansées. Elle met aussi très bien en scène les questionnements de Daisy (j’aime particulièrement le travail apporté aux expressions du visage). De fait, les petits lecteurs accompagnent naturellement la jeune danseuse dans l’épreuve qu’elle a à surmonter.

Je recommande ce livre pour tous les enfants qui aiment la danse et qui portent des lunettes… ou non !

***

Maison d’édition: Kaléidoscope

Date de parution: 31/01/2018

Âge: à partir de 6 ans

Prix: 13,20 euros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s