Le jour de l’âge de raison

Une semaine avant ses 7 ans, Georges s’interroge sur cet âge particulier. Enfin… surtout particulier aux yeux des adultes, puisque ce nouvel âge a le mérite d’avoir une appellation spéciale: « l’âge de raison ». Histoire de mieux appréhender les choses, le petit garçon pousse la réflexion mais finit pourtant par s’inquiéter… Est-ce qu’on s’amuse encore quand on a 7 ans ? « Peut-être qu’on a juste envie de ranger sa chambre et d’apprendre le dictionnaire par cœur. » Bref, Georges n’a pas envie de devenir un petit monsieur sérieux… Lui, il a décidé que 7 ans était l’âge du carambolage ! Il aime jouer avec ses petites voitures, les fracasser et créer des accidents.

Il a peur que cet âge « trop sérieux » ne le pousse définitivement hors de l’enfance. Comment faire pour arrêter le temps ? Aux grands maux, les grands remèdes ! Un tube de crème anti-âge qui traîne dans la salle de bains fera sûrement l’affaire… Il s’en peinturlure façon commando et le voilà armé ! Mais, les jours passent et le jour fatidique se rapproche… Mieux vaut affronter la réalité en face et Georges pense alors à quand il était dans le ventre de sa mère, puis sa petite enfance et il s’imagine même très vieux !  Tout ce cheminement l’amène au fameux septième jour de la semaine, le jour de ses 7 ans et la boucle est bouclée: il franchit le cap de l’âge de raison.

« Et l’heure exacte de sa naissance: 15 heures 35. Georges regarde la pendule: 15 heures 33. Son cœur bat très fort. 15 heures 34. Georges ferme les yeux. 35. 36. Georges les rouvre. RIEN. Il ne s’est rien passé. Ni à l’intérieur de Georges ni à l’extérieur. Zéro changement. Que dalle. Un peu soulagé, un peu déçu, Georges ressort de la salle de bains. »

© D. Lévy et T. Baas pour Sarbacane

Une fois la date butoir passée, Georges se débarrasse de ses craintes et il redevient un petit garçon pressé de profiter de sa fête d’anniversaire ! Tel un vieux sage, il accepte les règles du jeu de la vie et se rend bien compte qu’il n’a pas vieilli d’un seul coup…

Le découpage du récit en jours de la semaine et le rythme donnent une véritable énergie à l’ensemble. Les phrases sont courtes et le style quasi-journalistique. On plonge dans l’esprit de Georges et on se délecte de ses réflexions: « Georges examine les photos sur le mur de liège, dans la chambre de ses parents. […] La photo de son papa quand il avait 7 ans. Tout le monde dit que Georges est le portrait craché de son père. Georges, lui, ne sait pas trop. Il sait juste qu’il n’a pas envie d’être un portrait craché. »

La plume de Didier Lévy est, comme d’habitude, exquise. Il a su parfaitement trouver les mots justes pour traiter le sujet et ce livre parle aussi bien aux adultes qu’aux enfants. Il est question, bien évidemment, du temps qui passe, des étapes à franchir dans la vie et aussi de l’importance que l’on veut bien lui donner (ou non) aux chiffres et à leur valeur. Une bonne dose d’humour et de sensibilité figure aussi dans cet album qui aborde un thème qui peut être délicat. Au-delà de l’âge de raison, ce livre parle de la famille au sens large, de la place de chacun et de la construction de soi-même.

Les illustrations de Thomas Baas sont vraiment très belles, avec une réelle dimension graphique.  Savamment dosés, les dessins mettent Georges au cœur des actions et le petit garçon (en couleur) se détache des pages aux teintes claires. L’accent est clairement mis sur lui et on suit ce personnage très attachant dans son aventure intérieure…

La morale du livre, s’il y en a vraiment une (?), est de laisser les enfants profiter de leur enfance le plus tard possible. Ni tendre, ni bête, ni raisonnable, l’enfance ne devrait avoir qu’un seul âge: celui de l’âge heureux.

***

Maison d’édition: Sarbacane

Date de parution: 03/05/2017

Prix: 15,50 euros

Âge conseillé: à partir de 6 ans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s