Des livres qui aiment les livres…

Voici 6 albums ayant pour thèmes les bienfaits de la lecture, l’amour des livres et l’évasion par les mots. Des histoires très différentes les unes des autres ayant pourtant beaucoup en commun… À lire aux enfants qui boudent un peu la lecture et aussi à ceux qui l’apprécient !

ourslisentpas

Dans cet album, il est question d’un ours qui refuse sa condition d’animal qui ne fait que se gaver de miel, roupiller, jouer et se gratter le dos contre les troncs d’arbre. Il s’interroge sur la vie: « La vie est charmante, pense-t-il. Youpi tralala et tout ça. Mais quoi d’autre ? Est-ce que c’est vraiment tout ? » Au hasard d’une promenade en forêt, il trouve un livre où il est question d’un ours. Hasard incroyable ! Son existence semble s’éclairer à ce moment précis: lui, ce qu’il veut, c’est apprendre à lire ! Ses semblables ne comprennent absolument pas cet intérêt soudain… Qu’importe ! Notre ours George décide de partir en ville à la recherche de quelqu’un susceptible de lui apprendre à lire. Malheureusement, les humains qu’il croise sont absolument effrayés en le voyant… sauf la petite Clémentine qui le reconnaît comme étant l’ours de son livre. Le fameux livre que George a trouvé dans la forêt est celui de la petite fille ! Parce qu’elle a une super maman très ouverte d’esprit, Clémentine a le droit d’emmener George chez elle. La suite, vous la devinez… L’apprentissage de la lecture se met en place. Les petits lecteurs se laissent emporter avec plaisir par cette histoire où la petite fille endosse le rôle de la maîtresse. Et parce que la lecture peut être le début de beaucoup de choses, George s’initie aussi à la peinture et à la poésie. Les illustrations d’Emma Chichester Clark sont douces et chaleureuses, j’ai particulièrement aimé son travail sur la matière de la végétation: les troncs des arbres sont décorés de fleurs et les motifs des feuilles, papillons et fleurs sont peints et/ou découpés dans du tissu. Les ours ne lisent pas est une belle histoire et qu’il est beau de voir quelqu’un s’éveiller au plaisir de la lecture avec tous les enjeux que cela comporte: « Avant de dormir, il ouvre le livre encore une fois et regarde les mots. Il lui semble déjà que la vie est plus intéressante qu’avant. »

***

Maison d’édition: Albin Michel Jeunesse

Année de parution: 2015

Prix: 13,50 euros

Âge conseillé: 5 ans

Arrête de lire

Horatio est un vrai petit rat de bibliothèque ! Toujours le museau plongé un bouquin, il est passionné par les livres contrairement à ses parents… qui voudraient que leur fils ne lise pas autant. Et même qu’il arrête de lire ! D’où le titre… qui décontenancera et amusera les enfants. On est à la rencontre des préceptes des parents et des adultes en général. D’ailleurs, ce contre-point aura peut-être plus de poids auprès des lecteurs en devenir que de leur répéter en boucle: « Il faut lire ! » Revenons à Horatio… Sa maîtresse le trouvant trop rêveur, les parents du jeune rat décident de lui confisquer tous ses livres. Tous les moyens vont être bons pour renouer avec la lecture par le biais de la bibliothèque, l’écriture et un concours qui va changer sa vie. En participant à une émission littéraire à la télévision, il parvient à regagner l’estime de ses parents en leur prouvant sa véritable passion pour les livres. Claire Gratias nous offre une histoire très complète et originale. Elle décrit si bien les sensations éprouvées au moment de la lecture: « Dès qu’il se plongeait dans un livre, il voyait au contraire une multitude de paysages, d’êtres, de lieux, d’objets et de couleurs. Il entendait une infinité de sons, de musiques et de voix. Et surtout, au fil des pages, son cœur battait si fort ! » Et les illustrations de Sylvie Serprix sont de véritables tableaux !  La peinture aux tons chauds apporte une dimension chaleureuse à l’ensemble. J’ai aussi aimé le jeu avec les lettres et les croquis en noir et blanc. Pour information, sachez que cet album a été lauréat « niveau CE1 » du 25e prix des Incorruptibles (2013/2014) et qu’il y a une suite à cet album: T’es plus mon amoureux ?

***

Maison d’édition: Belin jeunesse

Année de parution: 2012

Prix: 12,70 euros

Age conseillé: 6 ans

jamais-sans-mon-livre

Le titre Jamais sans mon livre ! est un vrai cri du cœur. Et tous les grands lecteurs se reconnaîtront là-dedans ! Dans cet album, les enfants n’ont pas des doudous mais des livres dans les mains ou alors bien serrés contre eux… Ils lisent seuls, à plusieurs ou pour quelqu’un d’autre. Bref, toutes les options sont envisageables et c’est bien là le message de Barney Saltzberg (auteur) et de Fred Benaglia (illustrateur): avec un livre, tout devient possible ! Puisque c’est l’occasion d’un voyage (dans l’imagination), le duo choisit de faire se balader les petits personnages du livre dans des décors aussi différents les uns des autres: la mer, à bord d’une montgolfière, dans la ville, à dos d’oiseau ou encore bien confortablement installé(e) sur son canapé.  Et tous ces autres endroits qu’il vaut mieux découvrir au fil de la lecture plutôt que de les nommer… Graphiquement, l’album est très beau et il en ressort une grande liberté. Les illustrations colorées et loufoques apportent une touche très gaie. En plus d’être un hommage à la lecture, l’objet livre est détourné avec intelligence et humour. Le désacraliser est là une véritable preuve d’amour !

***

Maison d’édition: Phaidon

Année de parution: 2016

Prix: 14,95 euros

Age conseillé: 4 ans

couv-les-livres

Voilà un ouvrage absolument fascinant ! Le titre sobre et clair annonce la couleur, Les livres, et contrebalance avec la couverture plus énigmatique qui pourrait laisser perplexe le lecteur. Disons plutôt intrigué… de quoi avoir forcément envie d’ouvrir le livre ! L’histoire se passe dans une bibliothèque, c’est la première fois que maman chat emmène son petit Vladimir dans un tel endroit. Est-ce qu’il va vraiment s’amuser ? Sa mère lui a raconté que les livres étaient « magiques ». Avec son format à l’italienne et un traitement graphique vraiment original, Lili Chemin nous propose un univers singulier et puissant. Le texte de Christos prend toute son ampleur à côté des illustrations innovantes de sa collaboratrice. D’abord réfractaire, le chaton noir va finalement se laisser prendre au jeu en se frottant aux livres et la « magie » va opérer: « Vladimir a les yeux grands ouverts. Il regarde le livre, écoute sa maman et soudain, dans sa tête, il voit tout ce qu’elle raconte… » L’intelligence de ce livre réside dans l’utilisation matérielle des livres qui est parfaitement exploitée grâce au point de vue aérien, on survole la bibliothèque et tout un (nouveau) monde prend vie ! Cet album est une expérience de lecture unique.

***

Maison d’édition: Motus

Année de parution: 2016

Prix: 13 euros

Age conseillé: 4 ans

Une nuit à la biblio couv

L’album Une nuit à la bibliothèque commence de la manière la plus classique qu’il soit: une classe va à la bibliothèque et chaque enfant a eu le droit d’apporter son doudou. Une bibliothécaire leur fait la lecture et puis… quelque chose de pas banal va se produire: les enfants vont laisser leurs doudous à la bibliothèque pour la nuit ! C’est compliqué pour la plupart des enfants, certains pleurent mais promis, ils les retrouveront le lendemain. Après un petit repos et une fois la nuit tombée, les peluches prennent vie ! Et, très en forme, tous les doudous sont bien décidés à s’amuser en faisant un peu n’importe quoi… Puis, les gentils bibliothécaires se mettent à jouer avec les doudous et même leur apprendre des choses: comment ranger les livres, faire des origamis et, bien sûr, leur lisent des histoires. Puis, chaque doudou (animal) choisit un livre où l’animal qu’il est y figure et il est temps d’aller, enfin de retourner, au lit ! Chacun dort bien tranquillement avec son livre près de lui, comme un doudou… La boucle est bouclée ! Le lendemain, les enfants ravis retrouvent leurs chers doudous redevenus des peluches. J’ai particulièrement aimé que la question de la « magie » ne soit pas abordée: pas de confrontation du réel et de l’imaginaire, les doudous sont devenus vivants le temps d’une nuit et c’est comme ça. Est-ce la bibliothèque qui a permis cette transformation ? Est-ce le fait que tous les doudous soient réunis sans les enfants ? Aucune explication ne sera donnée et la magie opère réellement à la lecture de cet album, c’est un vrai trésor ! On retrouve toute la délicatesse et la poésie des auteurs/ illustrateurs japonais. Dans Une nuit à la bibliothèque, il y a des personnages tendres et expressifs, une bienveillance toute particulière et une approche intelligente du plaisir de la lecture. Et le message est, à mes yeux, très important: fréquentez les bibliothèques avec vos enfants !

***

Maison d’édition: Seuil jeunesse

Année de parution: 2016

Prix: 13,50 euros

Age conseillé: 4 ans

EnfantLivres.pdf

Et je termine cette chronique avec une merveille absolue: L’Enfant des livres. Embarquez pour un voyage hors du commun au fil des mots et des histoires ! Nous suivons donc l’enfant des livres, une petite fille, qui se promène au gré de ses histoires préférées en entraînant un petit garçon avec elle. Cet enfant qui l’accompagne symbolise l’enfant lecteur qu’elle emmène dans son imagination débordante et dans celle contenue dans les livres…. Cet album au texte simple, profond et poétique est accompagné d’illustrations pour le moins incroyables. Les livres en eux-mêmes et les mots deviennent des éléments de décor: des lettres, des phrases, des paragraphes et des passages des livres les plus célèbres sont en arrière-plan des dessins. Ils complètent le récit initial de manière originale et subtile. Véritable prouesse graphique, L’Enfant des livres est un vibrant hommage à la lecture. Impossible de ne pas y être sensible ! D’ailleurs, L’Enfant des livres vient de remporter le prix Fiction à la Foire du livre de Bologne.

***

Maison d’édition: Kaléidoscope

Année de parution: 2016

Prix: 14,50 euros

Age conseillé: 5 ans

5 réflexions sur “Des livres qui aiment les livres…

  1. Merci beaucoup pour cette belle sélection ! Je me permets de la compléter en ajoutant :
    « C’est un livre » de Lane Smith chez Gallimard Jeunesse, « Les livres de l’ours » (albums Casterman, série l’ours et l’enquiquineuse), « Le meilleur livre du monde ! » par Rilla aux éd. Gautier-Languereau, « La fille qui dévorait les livres » de Pierdomenico Baccalario chez Bayard Jeunesse…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s