On aurait dit

couv-on-aurait-dit

Le tandem André Marois/Gérard DuBois revient pour notre plus grand plaisir avec On aurait dit, un livre absolument charmant et très drôle. Jean-François vient jouer chez Martin et dès que la mère de ce dernier a le dos tourné, les deux garçons à l’imagination débordante (qui avaient pourtant promis d’être sages) se lancent dans un jeu risqué…

« – Et si on s’inventait une histoire ?

– On aurait dit qu’on était deux guerriers solitaires…

– Et qu’on n’avait peur de rien !

– On serait sur une île déserte…

– Et de méchants ennemis nous attaqueraient. »

Cela pourrait simplement être un petit jeu de rôles mais avec le postulat au conditionnel « on aurait dit », tout devient possible et les enfants se prennent vraiment au jeu ! La maison devient un véritable champ de bataille, le lit de Martin se transforme en bateau et les objets commencent à voler… Bref, un tourbillon de folie souffle sur la chambre du petit garçon, puis sur toute la maison ! Entre deux assauts, les aventuriers pillent la cuisine pour un petit encas et le chien de la famille devient un gros monstre poilu qu’il faut absolument faire prisonnier…

Déguisés avec des habits étranges et une casserole sur la tête, le duo infernal continue à se déchaîner et la baignoire prend des allures de rivière (aïe !). Heureusement, Martin précise: « On n’aurait pas peur des crocodiles. » Tel un leitmotiv, les garçons se répètent « On n’aurait jamais peur » pour s’encourager et dépasser les dangers qui se présentent à eux. Ce procédé apporte une tension dramatique au récit…

Avec une escalade de péripéties plus folles les unes que les autres, l’enfant lecteur prend beaucoup de plaisir à constater la bravoure de Jean-François et Martin. L’identification à ces héros du quotidien est facilement envisagée. Cela dit, le duo d’aventuriers parviendra-t-il à affronter son dernier adversaire ? Et si la gardienne des lieux était l’ennemie la plus redoutable ?

on-aurait-dit-extrait-1

on-aurait-dit-extrait-2

© A. Marois et G. DuBois pour le Seuil jeunesse

On sait bien que les enfants se construisent dans le jeu, que l’imagination n’a pas de limites et que les enfants ont une véritable capacité à s’auto-convaincre. Oui, ce sont d’excellents comédiens ! Ce livre met donc à l’honneur la force du jeu qui permet absolument tout et le pouvoir de l’imagination emmenant très loin les enfants… On aurait dit est un livre jubilatoire car il autorise tout ce que les enfants rêveraient de faire. Au diable les interdits et, le temps d’un livre, ça fait du bien !

Les illustrations de Gérard DuBois ont, comme d’habitude, un aspect rétro qui sert à merveille l’histoire. Les deux enfants en culottes courtes ont des têtes d’ange (ce qui ne laisse pas présager de la suite) et leur mise en scène de jeu d’aventuriers a un aspect tout à fait intemporel. L’ensemble est très joyeux et déborde d’énergie. Je tiens à souligner l’adéquation entre le texte et les dessins, l’équilibre est parfait. Il y a assez peu de texte à côté des illustrations très fortes visuellement, mais le travail d’André Marois mérite d’être souligné: avec des phrases simples, l’auteur parvient à dire beaucoup tout en suggérant encore plus… Avec intelligence et humour, André Marois nous emmène très loin.

Je vous conseille vivement ce livre irrésistible pour tous les enfants dès 3 ans !

***

Maison d’édition: Seuil Jeunesse (première édition chez Comme des géants en 2015)

Année de parution: 2016

Prix: 13,50 euros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s