Émile range ses livres

A66968

NOUVEAUTÉ

Émile range ses livres est un recueil qui regroupe les dix premières histoires du jeune héros éponyme. Oui, Émile est né en 2012 chez Gallimard Jeunesse Giboulées sous la plume de Vincent Cuvellier et le crayon de Ronan Badel. Pour chaque histoire de la collection, le succès est au rendez-vous car Émile est unique en son genre. Déterminé, original et râleur, ce petit garçon loufoque ne laisse personne insensible. Oui, il a une tronche pas possible, sa meilleure amie est une vieille dame et, c’est un comble pour un petit garçon, il n’aime pas la piscine ! Autant de bizarreries qui font rire les enfants tout comme son style improbable des années 70…

Chez moi, c’est le dernier coup de cœur familial et, pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Émile, j’espère vraiment vous donner envie de lire ses aventures… Je pourrais, tout comme mon fils de 8 ans; résumer les choses en disant « C’est génial et drôle ! » mais je souhaite vraiment vous parler du décalage et du deuxième niveau de lecture qui se trouve dans les histoires d’Émile. Une affaire de subtilité pour séduire autant les enfants que leurs parents. Voici ce qu’en dit l’auteur Vincent Cuvellier: « Mes livres ont beaucoup de sens cachés. Le second degré est un mode de communication qu’il faut utiliser très tôt. C’est important et ce n’est pas grave si le lecteur ne comprend pas tout de suite. Je ne fais pas mes livres pour tout mâcher, ce que j’aime c’est amener les gens là où ce n’était pas prévu, les embarquer là où ils ne s’attendent pas à l’être. J’essaie de laisser mes livres dans l’attente, de faire des fins ouvertes. Plus que de travailler sur des thèmes, l’essentiel de mon travail consiste à creuser mon style, à chercher une nouvelle forme de narration à chaque livre. Ce que je creuse depuis mon premier livre écrit à 16 ans, c’est «comment faire pour que l’écriture soit aussi vivante que la parole ?». »

Effectivement, le style de V. Cuvellier est direct et son écriture sans détour. C’est cette franchise qui fonctionne avec les jeunes lecteurs et la grande originalité des thèmes abordés, enfin plutôt le traitement, le point de vue. Lorsque Émile décide d’être invisible, il finit tout nu et la nudité est montrée dans son ensemble pour la plus grande joie des enfants ! Un zizi, ça fait toujours rire… Pas de contrainte morale ou de pudeur mal placée, et c’est vraiment une bonne chose selon moi. Prenons un autre exemple: plutôt qu’un chien ou un poisson rouge, c’est une chauve-souris que veut Émile comme animal de compagnie. Je vous avais bien dit que c’était un original…

émile cs

© V. Cuvellier et R. Badel pour Gallimard Jeunesse Giboulées

L’auteur sort des sentiers battus, propose un petit personnage atypique ainsi que des histoires qui sortent de l’ordinaire. Ce parti pris tient à la volonté de Vincent Cuvellier de considérer les enfants à leur juste valeur comme il le dit lui-même: « Quand j’invente un personnage comme Émile, forcément, il y a un peu de moi, un peu de mon fils, un peu de ce que j’aime chez les gamins. Et comme j’ai souvent tendance à penser qu’on parle aux enfants comme à des idiots, j’essaie de ne pas le faire dans mes livres… »

Cependant, n’allez pas croire que les livres de la collection Émile ne sont que originalité et décalage, l’auteur mêle avec intelligence des éléments très classiques de l’enfance: les cauchemars, l’envie d’avoir un plâtre, les déguisements et… l’amour ! Oui, Émile a Julie sa chérie. Notre petit héros a aussi ses petites manies, notamment sa phrase fétiche qui sonne comme un refrain dans le récit: « C’est comme ça, et c’est pas autrement ! » Toutes les histoires sont essentiellement axées sur Émile et même si sa mère est présente (le texte est alors en italique quand elle prend la parole), on ne la voit jamais et dans l’ombre, elle encourage son fils à aller vers les autres et à se faire des amis. Cette mise à distance est un procédé bien connu qui a fait ses preuves et qui permet de mieux se concentrer sur un personnage ou de mieux s’identifier au héros pour les enfants.

C’est le moment de vous parler plus en détail des illustrations de Ronan Badel qui a donné vie au personnage de Vincent Cuvellier: elles sont simples, efficaces, ancrées dans le quotidien et absolument pas dans la suggestion ou la recherche de symboles. Quant au personnage d’Émile, il faut reconnaître qu’il est absolument parfait de drôlerie et de perplexité. Dans un mélange de noir et blanc et de couleurs, Ronan Badel nous livre des décors épurés mettant Émile au centre de ses illustrations. La plupart des histoires se passent chez Émile et dans de rares cas, on part dans le décor d’un livre moyenâgeux ou dans la forêt du cauchemar… pour notre plus grand plaisir.

émile bandeau

© V. Cuvellier et R. Badel pour Gallimard Jeunesse Giboulées

Pour résumer, voici les histoires contenues dans cette compilation (que vous pouvez aussi retrouver de manière individuelle à 6 euros le livre): Émile est invisibleÉmile veut un plâtreÉmile se déguiseÉmile veut une chauve-sourisÉmile a froidÉmile et les autresÉmile fait un cauchemarÉmile. Il est 7 heuresÉmile invite une copineÉmile fait la fête. Et je vous informe que d’autres histoires ont vu le jour: Émile descend les poubelles et Émile et la danse de boxe.

Je vous conseille chacune de ces histoires pour les enfants de 4 à 8 ans qui tomberont sous le charme de l’irrésistible Émile !

***

Maison d’édition: Gallimard Jeunesse Giboulées

Année de parution: 2016

Prix: 20 euros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s