Éric Veillé

Éric Veillé est un auteur et illustrateur talentueux dont j’ai envie de parler depuis longtemps. Je vous propose donc de (re)découvrir son travail à travers trois ouvrages: un imagier qu’il a signé seul et deux albums illustrés par Pauline Martin (dont il a déjà été question ICI et ICI sur le blog) publiés par Actes Sud Junior.

***

imagier

Par imagier, on entend plutôt A comme arrosoir, B comme bateau, C comme crocodile, etc. Mais, ici, rien de classique et c’est plutôt une grande bouffée d’air frais que nous offre Éric Veillé ! Et même plus, car il s’agit d’un imagier après la tempête qui joue sur le principe avant/après décliné à de multiples reprises. Il ne s’agit donc pas d’un imagier pour les tout-petits, mais pour les enfants d’au moins 4 ans ayant le recul nécessaire pour comprendre l’enjeu du livre. Le principe est simple, prenons l’exemple de la première scène qui ouvre le livre: sur la page de gauche, tout va bien, on retrouve les éléments courants de la plage et après la tempête (sur la page de droite donc), rien ne va plus !

Les éléments se sont déchaînés et le résultat est catastrophique: tout est renversé, les fesses sont à l’air, la glace tant convoitée est tombée par terre… Bref, la belle harmonie du début s’écroule et Éric Veillé va au-delà du côté avant/après en mettant en scène des changements très drôles entre les deux images. Les enfants rient de toute cette exagération et ne se lassent pas de faire des va-et-vient entre les deux pages pour constater les dégâts…

tempête1

© Eric Veillé pour Actes Sud Junior

Éric Veillé aurait pu s’en tenir à la tempête comme l’indique le titre du livre, mais il a choisi d’explorer d’autres terrains plus drôles les uns que les autres (la cantine, le coiffeur, la bataille, la nuit…). Je vous laisse découvrir le reste qui est bourré d’inventivité et de malice ! Le système de double-page fonctionne très bien et donne une énergie très efficace à l’ensemble. La plus grande qualité de ce livre est l’humour et la capacité à faire rire aussi bien les petits que les grands. L’exemple de la piscine ci-dessous est criant de vérité, non ?

tempête2

tempête3

© Eric Veillé pour Actes Sud Junior

Il n’est jamais trop tôt pour inculquer l’humour aux enfants et Éric Veillé l’a bien compris. Il joue avec ce qui fait le plus rire les enfants, les bouscule un peu au passage et retient donc toute leur attention… Grâce à ce petit livre carré et cartonné, je vous promets une lecture réjouissante. Achetez-le, lisez-le et offrez-le, c’est une valeur sûre ! Et gardez bien les yeux ouverts, vous pourriez revoir prochainement ce petit lion…

imagier     imagier2

© Éric Veillé pour Actes Sud Junior

***

Maison d’édition: Actes Sud Junior

Année de publication: 2014

Prix: 12,50 euros


papas perdus couv

J’ai été immédiatement séduite par le titre de cet album, clin d’œil à « la salle des pas perdus » qui, une fois détournée en « bureau des papas perdus »,  devient un incroyable terrain d’exploration pour un album de littérature jeunesse (la référence à l’univers judiciaire s’arrête à ce jeu de mots).

Le livre s’ouvre sur un petit garçon qui a égaré son papa. Heureusement le hasard met sur sa route le directeur du bureau des papas perdus. Dans cet endroit étrange, des papas abandonnés, perdus ou paumés cohabitent en attendant qu’on vienne les chercher. Pour une fois, les enfants ont le pouvoir et les adultes un rôle passif donc nos petits lecteurs jubilent…

À la question du directeur qui veut savoir à quoi ressemble le père perdu, l’enfant se trouve désemparé. L’auteur Éric Veillé a bien su rendre l’incapacité des enfants à décrire leurs parents. Là, nous avons juste droit à « C’est mon papa. » de la part du petit garçon. Et avec tout de même une petite précision, on apprend que c’est lui qui conduit la voiture… Tiens, ça me dit quelque chose !

Avec son idée de base absurde et loufoque, Le Bureau des papas perdus fait l’inventaire non exhaustif (ce serait trop long) de différents pères. Aucun père ne ressemble à un autre et il y en a pour tous les goûts: des petits, des grands, des beaux, des laids, des moustachus, des vieux, des jeunes, des barbus, des danseurs, des mystérieux, des chics, des ploucs, des sportifs, des bizarres qu’on n’a pas envie de connaître et même des papas en pyjama… Le petit garçon de l’histoire se promène dans ce petit monde comme dans un zoo en espérant retrouver son cher papa…

Le bon sens est mis au placard et on lit cette histoire décalée avec plaisir ! Mon préféré, c’est le papa sans noyau qui est vraiment hilarant.

Dans cette histoire, il n’y a aucun personnage féminin pas même la mère du petit garçon. Comme s’il n’avait que son père au monde, il doit absolument aller au bout de sa quête. D’ailleurs, mère ou pas mère, ce n’est pas la question ici. Après tout, c’est juste une histoire sur un fils et son père.

Sur le site d’Actes Sud Junior, n’hésitez pas à regarder la présentation vidéo de l’album Le Bureau des papas perdus: c’est ICI.

Retrouvez l’auteur Éric Veillé et l’illustratrice Pauline Martin pour leur deuxième collaboration: Ma vie en pyjama publié en 2014 à l’école des loisirs.

ma vie en pyj

***

Maison d’édition: Actes Sud Junior

Année de publication: 2013

Prix: 13, 90 euros


Maman à l'école couv

Après les papas, Éric Veillé a décidé de s’intéresser aux mamans et signe donc sa troisième collaboration avec Pauline Martin.

Paru au moment de la dernière rentrée des classes, cet album a eu beaucoup de bonnes critiques amplement méritées car il est tout simplement génial. L’entrée en maternelle inquiète beaucoup la petite fille du livre et parce qu’on est dans un livre pour enfants où tout est possible, la maîtresse autorise l’enfant à garder sa maman pour la première journée, un peu comme un doudou géant ! Et oui, c’est un problème de taille car rien à l’école maternelle n’est fait pour une maman…

Elle a besoin de deux chaises, oui, une pour chaque fesse ! Vous savez, ces chaises minuscules sur lesquelles il faut tenir pendant 2 heures de réunion au début de l’année… Et pour le tunnel du parcours de gymnastique et le matelas de la sieste, la maman a encore et toujours le même problème. Mais, il n’y a pas que le mobilier qui pose un souci. La maman n’a pas de copines et la petite fille, elle, commence à s’en faire mais la pauvre enfant est tiraillée entre sa mère et ses nouvelles amies.

Ce livre est donc un excellent support pour un enfant entrant en maternelle (mais pas seulement…), car toutes les thématiques sont abordées: la séparation du matin puis les retrouvailles en fin d’après-midi, le déroulement d’une journée type ainsi que la rencontre avec la maîtresse, l’école en elle-même avec les activités proposées et les nouvelles amitiés qui se forment.

Avec Maman à l’école, Éric Veillé nous offre un livre décalé plein de fantaisie qui parvient tout de même à rester dans un schéma classique. C’est bien là tout le talent de cet auteur !

***

Maison d’édition: Actes Sud Junior

Année de publication: 2015

Prix: 13,50 euros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s