Des livres originaux, partie 1

Aujourd’hui, je vous propose une sélection de cinq livres pour enfants un peu particuliers: ils sont originaux que ce soit sur le fond et/ou sur la forme… N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous les connaissez déjà ou ceux qui vous tentent !

Sophie_couv.indd

Dans Sophie et sa courge, une petite fille se prend d’amitié pour une drôle de cucurbitacée. Et non, Sophie ne veut pas d’un ours en peluche, d’une poupée ou d’un vieux bout de tissu en guise de doudou, mais une courge ! C’est une drôle d’idée, non ? Elle n’a pas besoin de la laver et elle épouse parfaitement la forme de ses bras pour les câlins. Mais, ce sont bien là ses seules qualités car le temps passe et la courge se tache, se ramollit… Mais, pas question de finir sur une note triste car si Bernice (c’est le nom de la courge) n’est pas éternelle, elle est capable de se réinventer grâce à trois ingrédients: « Le grand air, une bonne terre et un peu d’amour. »

Pat Zietlow Miller nous offre une galerie de personnages plus réussis les uns que les autres: les parents de Sophie sont ultra-compréhensifs face à la lubie de leur fille, le caractère enjoué de la petite fille est irrésistible et Bernice est plus vraie que nature ! Et le texte mêle parfaitement humour et tendresse… Quant aux illustrations d’Anne Wilsdorf, elles sont tout simplement joyeuses. Oui, une vraie gaieté communicative s’en dégage et j’ai aussi apprécié l’aspect hors du temps des images, impossible de dater précisément cette histoire.

Le tout est bien orchestré grâce au rythme (alternance de doubles-pages, simples pages et le texte s’insère aussi entre les images) et aux thèmes abordés (l’importance du doudou quel qu’il soit, la séparation ainsi que le cycle de la vie et des saisons). Bref, cet album est un vrai petit bijou de rondeur et de fantaisie à mettre entre toutes les mains et les (parents) amoureux de la nature seront sous le charme…

Sophie et sa courge de Pat Zietlow Miller et Anne Wilsdorf, 2015, Kaléidoscope, 12,80 euros (à partir de 4 ans)

***

souffle

Le titre est évident et pas besoin d’explications pour que les enfants comprennent ce qu’ils ont à faire. Ils prennent de grandes inspirations, les joues se gonflent d’air et page après page, ils soufflent ! Et nous aussi avec eux, parce que c’est drôle…

Dans ce livre pop-up (genre très apprécié des plus jeunes), on découvre des décors bien différents les uns des autres pour célébrer chaque saison qui s’anime sous nos yeux. On fait danser les fleurs, les feuilles d’automne ou encore les flocons de neige et le livre prend vie. Les enfants sont ravis de participer et la lecture devient jeu…

Grâce et poésie sont au rendez-vous dans cet ouvrage unique, très bien pensé et avec une finition parfaite.

Souffle ! de Claire Zucchelli-Romer, 2015, Milan, 14,90 euros (à partir de 3 ans)

***

Calamar

Valérie Strullu met en scène un petit calamar colérique qui déverse son liquide noir au gré de sa mauvaise humeur ! Une fois grand, Oscar décide de vendre son encre qu’il peut produire en très grande quantité. Mais, toute cette richesse et cette particularité physique lui montent à la tête, le voilà qu’il s’autoproclame roi ! Les autres animaux le craignent et il faudra l’intervention d’un cormoran malin pour déjouer la suprématie d’Oscar. Je vous laisse découvrir la pirouette finale qui est vraiment savoureuse…

C’est un petit livre (10,5 x 15 cm, collection « Mouchoir de poche ») qui va jusqu’au bout de sa proposition: le livre est entièrement en noir et blanc, le papier noir brillant donne toute son épaisseur à l’histoire et on remarque l’utilisation malicieuse de toutes les expressions à propos de la colère et des couleurs… Petit bonus: le sachet d’encre noire au début de l’ouvrage fascinera les enfants. « Quoi, c’est de l’encre du vrai Oscar ? » Pour de vrai, de l’encre de seiche à cuisiner !

Oscar le calamar de Valérie Strullu, 2015, Møtus, 4,60 euros (à partir de 4 ans)

***

ECL-couv-Extravagant

C’est l’histoire d’un œil, d’une main et d’un gant qui vivent en parfaire harmonie. Trio improbable, non ? Et pourtant, une véritable histoire va se mettre en place avec un élément déclencheur: une nuit, une petite araignée retire délicatement le gant de la main… Au petit matin, c’est la panique ! L’œil ne reconnaît plus rien et les péripéties s’enchaînent avec l’arrivée d’une oreille, d’une bouche et d’un nez. Voilà que les choses se dessinent…

Un petit extrait du moment où un doigt est mis dans l’œil par accident:

« L’ŒIL eut si mal qu’il en pleura.

Il pleura si fort que la BOUCHE cria.

Elle cria si fort que l’OREILLE sursauta.

Finalement, l’ŒIL reconnut la MAIN.

C’est long à raconter, mais cela se passa en un clin d’œil ! »

À première vue, Extravagant est un livre complètement déjanté ! Mais, pas seulement… En réalité, c’est un support de découverte (ou de travail) incroyable pour les enfants à propos des cinq sens. Oui, il fait appel à nos perceptions sensorielles d’une manière directe et efficace. On se demande bien où Betty Bone a trouvé cette idée d’histoire… Néanmoins, derrière le côté loufoque, il faut aussi souligner la structure de cet ovni dans la littérature jeunesse. J’ai bien conscience que ce n’est pas forcément évident d’adhérer à ce livre sans l’avoir sous les yeux. Oui, il faut le voir, tourner les pages pour constater l’articulation du récit et savourer l’ensemble. De plus, l’édition de ce livre est vraiment soignée ce qui en fait un très bel objet (grand et large format) avec des couleurs explosives et un beau papier épais.

Plus qu’une simple lecture, cet album nous offre une expérience graphique insolite et un voyage dans l’imaginaire. Les enfants, moins déstabilisés que les adultes au début de l’ouvrage, se laissent emporter par cette histoire extravagante à l’ambiance si particulière…

Extravagant de Betty Bone, 2016, Éditions courtes et longues, 22 euros (à partir de 4 ans)

***

CouvZooLavardens.indd

Le titre, le sépia de la couverture et cette autruche sur son trente et un nous font immédiatement basculer dans une atmosphère pour le moins étrange… Les premières pages nous expliquent le pourquoi du comment: un vicomte ruiné décide de transformer son jardin en zoo afin de conserver son manoir. Le maître des lieux met ses dernières économies dans l’achat d’animaux et bichonne les nouveaux pensionnaires. Au passage, on peut remarquer la similitude physique entre le vicomte et Dedieu, l’auteur et illustrateur du livre…

Devenu l’ami des animaux, le vicomte leur permet de vivre en liberté dans le parc après l’heure de fermeture du zoo… Profitant pleinement de leur liberté, les animaux s’aventurent aussi dans la propriété ce qui laisse lieu à des situations comiques et décalées (l’ours polaire dans la baignoire, la girafe qui mange les fleurs dans le vase ou encore un bébé panda faisant du cheval à bascule) qui ne sont pas du goût de la belle-mère du vicomte. Cette dernière va donc imposer une nouvelle règle: les animaux pourront venir au château mais habillés et usant de bonnes manières. Ici encore, les enfants rient du décalage qui va très loin… Mais, qui dit humanisation dit prise de conscience alors les animaux se révoltent et deviennent prudes au point de ne plus vouloir apparaître nus dans les cages du zoo durant la journée. Comment faire ? Madame la belle-mère, qui a beaucoup d’idées, en trouve une qui semble convenir à tout le monde…

Même si je vous dévoile le subterfuge, cela n’enlèvera rien à votre plaisir de lecture tant cet album est la perfection incarnée ! Et encore, je pèse mes mots… Vous l’avez compris, j’aime énormément ce livre. Reprenons, par souci d’anonymat et de pudeur, les animaux enfilent des masques… d’autres animaux. Vous ferez donc la connaissance du chamodile, du kangours ou encore de l’aiglion. « Ces derniers (les masques) étaient si parfaits que les créatures ainsi créées semblaient tout droit sorties d’un livre pour enfants. » On a tous en tête le procédé de mélange avec la tête d’un animal sur le corps d’un autre, ce qui donne des images très étonnantes qui amusent énormément les enfants.

Le texte est superbe et le travail fait sur les illustrations est tout à fait remarquable. Avec ce livre, les enfants visitent un zoo comme jamais ils n’en ont vu et plongent dans un univers d’une autre époque; le tout est parfaitement maîtrisé par Dedieu. La fiction est poussée jusque dans les moindres détails comme les tickets d’entrée du zoo ou l’album souvenir. À savourer !

L’Étrange Zoo de Lavardens de Dedieu, 2014, Seuil jeunesse, 18 euros (à partir de 4 ans)

***

À venir prochainement la deuxième partie avec cinq autres livres tout aussi originaux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s