Enfantillages

 

Enfantillagescouv

NOUVEAUTÉ

Ce petit ouvrage rose avec son titre classique et tendre à souhait, Enfantillages, est moins angélique qu’il n’y paraît ! Gérard Dubois a fait le choix de s’amuser avec l’image lisse et bien proprette des enfants et de briser les codes de l’enfance sans malice. Avec Enfantillages, nous avons un pied dans le passé des garçons en culottes courtes mais après réflexion, les enfants du livre pourraient tout à fait être des enfants d’aujourd’hui. Le travail de Gérard Dubois a cette force d’être intemporel et de parler à quiconque…

Il est donc question, sur une petite centaine de pages, d’images très narratives indépendantes les unes des autres qui disent énormément de choses en une seule planche; c’est la deuxième force du travail de Gérard Dubois. On a beau n’avoir qu’une image, c’est comme si l’on avait le début, le milieu et la fin de l’histoire. Et pour les quelques dessins pour lesquels c’est peut-être moins évident, il y a matière à faire fonctionner son imagination… Du coup, les enfants parviennent vraiment à se projeter ! Voici deux exemples à la suite faisant partie de la section « Quelques jeux » (le livre est divisé en huit parties).

Enfantillages 2

© Gérard Dubois pour les éditions du Rouergue

Enfantillages 4

© Gérard Dubois pour les éditions du Rouergue

Ici, nous avons une mise en scène concrète de pierre-feuille-ciseaux; ces deux enfants espiègles aux joues roses sont dangereusement imaginatifs ! Quant à la deuxième page, il s’agit d’une scène très cruelle enfin qui s’annonce comme telle… Et vous pouvez noter le décalage entre le dessin et la phrase qui l’accompagne, cela appuie le comique de la situation. Dans cet ouvrage, le texte se pose comme une énigme et interroge l’image et le lecteur. Les images de style classique et qui nous apparaissent comme datées nous montrent à quel point la cruauté des enfants a toujours existé et qu’elle ne l’est pas plus (ou moins) de nos jours. Et ces petits enfants si mignons et apprêtés peuvent se révéler être des terreurs et le décalage est déroutant !

Si la plupart des dessins sont accompagnés de petites phrases, de légendes, certains parlent d’eux-mêmes ou sont laissés à la libre interprétation des lecteurs. Gérard Dubois accorde une place importance au corps humain dans son travail en général et dans Enfantillages, nombre de corps sont coupés, découpés, déplacés et bien d’autres choses encore. Et l’on sait à quel point les enfants peuvent faire des choses étranges avec leurs corps ! Il y a aussi l’idée que pour les enfants, leur corps n’est pas une limite au jeu et Gérard Dubois, lui-même, joue avec cette notion-là ainsi que sur les sensations corporelles. Oui, quand on court, on a parfois l’impression que tous les éléments de notre corps ne suivent pas forcément… L’exemple de la balançoire est aussi très parlant (voir ci-dessous):

Enfantillages 3

 

© Gérard Dubois pour les éditions du Rouergue

Enfantillages 6

© Gérard Dubois pour les éditions du Rouergue

 

Enfantillages 5

© Gérard Dubois pour les éditions du Rouergue

Pour conclure, je ne peux pas m’empêcher de faire un parallèle entre les dessins de Gérard Dubois et les images d’Épinal. Reprenons la définition: au sens propre, c’est une image coloriée, souvent en forme de devinette, d’énigme, conçue et imprimée à Épinal. Plus tard, au fil du temps, l’expression « une image d’Épinal » est devenue au sens figuré une idée reçue, un cliché avec une vision emphatique, traditionnelle et naïve, qui ne montre que le bon côté des choses.

Dans Enfantillages, Gérard Dubois utilise le sens propre, le sens figuré de l’image d’Épinal et va même au-delà car ses dessins sont des plaisanteries vivantes bourrées d’audace avec des illusions d’optique qui frôlent le fantastique et vont à l’encontre de la bonne morale. En contrepoint, l’esthétique des illustrations, le texte écrit à la main et un vocabulaire soigné apportent à l’ensemble un style naïf et classique (néanmoins très beau). L’association fonctionne très bien et devant tant d’absurdité, les enfants jubilent mais restent muets à la lecture de ce livre laissant juste échapper un « Oh ! là, là ! »…

épinal

Enfantillages 1

© Gérard Dubois pour les éditions du Rouergue

Je précise que le livre Enfantillages s’adresse aux grands enfants (6/7 ans minimum) pouvant avoir le recul nécessaire pour apprécier la démarche et l’humour noir de Gérard Dubois. Bonne lecture !

***

Maison d’édition: Le Rouergue

Année de publication: 2015

Prix: 15,90 euros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s