Nina

A66484

NOUVEAUTÉ

Tout le monde connaît Nina Simone (1933-2003), grande figure du jazz, mais moins la petite fille qu’elle a été. Alice Brière-Haquet et Bruno Liance ont eu l’excellente idée de partir sur les traces de l’enfance de la chanteuse. Magnifique album d’un petite quarantaine de pages, il est entièrement en noir et blanc. Et plus qu’un simple choix graphique, l’opposition noir/blanc est au cœur de cet ouvrage: Nina, enfant noire, a vécu à l’époque de la ségrégation raciale aux États-Unis et a su s’imposer dans le monde de la musique dirigé par la communauté blanche.

Retournons un peu en arrière avec l’évocation du premier souvenir d’enfance de Nina Simone à l’âge de trois ans qui est, tout simplement, son piano: « Il avait 52 belles dents blanches et 36 plus petites noires comme coincées dans le clavier. » Le piano comme un monde parallèle fait aussi l’état des lieux de la vie de Nina, sa famille et la communauté noire dans sa globalité à cette période-là. Les nombreux Blancs dominent les Noirs en minorité. Pourtant, cette dichotomie s’efface pour la petite Nina lorsqu’elle est derrière son piano. La musique n’a pas de couleur…

NINA_DP03

© A. Brière-Haquet et B. Liance pour Gallimard Jeunesse Giboulées

Le texte d’Alice Brière-Haquet est très beau. Simple et poétique. Voici, selon moi, la plus belle phrase de l’album: « Au solfège, j’apprenais qu’une blanche valait deux noires, et dans le bus, le soir, je devais céder ma place. » L’auteur a vraiment su se mettre à la hauteur des enfants et parvient à leur raconter l’histoire d’une petite fille passionnée par la musique mais qui vit aussi des choses terribles conditionnées par son époque. Le procédé est le suivant: partir d’un exemple pour parler de l’histoire au sens large. Je précise tout de même qu’il n’y a pas les bons d’un côté (les Noirs) et les méchants de l’autre (les Blancs), le traitement est beaucoup plus fin et du point de vue de la jeune Nina, la passerelle vaut le coup d’être citée: les Blancs sont les musiciens classiques qu’elle aime tant (Mozart, Liszt, Beethoven, Chopin, Debussy, etc.). Oui, n’oublions pas qu’elle est, à la base, de formation classique et aurait d’ailleurs souhaité y faire carrière… Un petit trait d’humour au passage, Nina avec une perruque blanche tel un petit Mozart. Oui, l’humour a toujours été un excellent moyen de faire passer des messages importants… et cette pirouette est aussi une façon ludique de se familiariser avec les grands noms de la musique classique.

Comme vous pouvez le constater, cet album est très complet dans les thèmes qu’il aborde; les principaux étant Nina Simone elle-même et une page essentielle de l’histoire que tous les enfants se doivent de connaître un jour ou l’autre. Par exemple, l’exemple très concret du bus (avec les places assises réservées aux Blancs) est très parlant pour les enfants qui peuvent prendre la mesure de ce qu’était la ségrégation raciale.

NINA_DP05

© A. Brière-Haquet et B. Liance pour Gallimard Jeunesse Giboulées

Mais, n’allez pas croire que c’est une ouvrage scolaire d’histoire déguisé en album pour enfants ! Pas du tout, c’est une histoire se passant à une certaine époque avec ses (dures) réalités et une façon de découvrir l’enfance de Nina Simone, enfant noire parmi tant d’autres, ainsi que Martin Luther King avec tout ce qu’il a pu faire. Et si les enfants le font dès leur plus jeune âge, par le biais d’une belle histoire, c’est pas plus mal, non ? Mais, ce livre n’a rien d’écrasant, de déprimant… puisque l’espoir est présent tout au long du livre et le combat de l’égalité est remporté grâce au mouvement des droits civiques pour les personnes noires. Les Blancs et les Noirs vivent ensemble, mais c’est un équilibre fragile dont il faut prendre soin (encore aujourd’hui).

Pour revenir à Nina Simone, nous suivons son évolution dans le livre et un événement fort va marquer sa vie à douze ans. Un concert a lieu dans une église et Nina doit jouer du piano. La jeune fille va révéler toute sa force de caractère en refusant que sa mère soit au fond de la salle, derrière les Blancs (comme dans le bus). Pour le premier concert de la jeune pianiste, il n’est pas question de couleurs, mais juste une mère qui doit être au premier rang pour applaudir sa fille. Nina finit par avoir gain de cause et on peut dire que sa carrière a sûrement vraiment débuté ce jour-là. Une magnifique carrière qu’on lui connaît ainsi qu’un engagement politique qui ont fait d’elle une personnalité extraordinairement forte.

Les illustrations de Bruno Liance sont admirables et semblent grésiller comme un vieux vinyle. Le blanc des images est lumineux et le noir chaleureux, profond, scintillant. La musique transpire de chacune des pages et tout au long du texte d’Alice Brière-Haquet qui sonne (prenant l’allure d’un long poème), il y a des extraits de berceuse (en anglais) comme des refrains de chanson de jazz qui viennent scander le texte. Il y a des berceuses chantées par la mère de Nina à sa fille et Nina elle-même chantant à sa propre fille, Lisa. Car, au-delà de la musique et du racisme, ce livre met aussi l’accent sur l’amour maternel de trois générations. Nina Simone a été encadrée, portée par l’amour des deux femmes de sa vie: sa mère et sa fille.

Deux bonus:

  • une playlist Deezer de Nina Simone (14 titres) pour prolonger la lecture, c’est gratuit et c’est sur le site de Gallimard jeunesse;
  • une interview d’Alice Brière-Haquet sur le blog « Un livre dans ma valise » tenu par Sandrine.

***

Maison d’édition: Gallimard Jeunesse Giboulées

Année de parution: 2015

Prix: 14,90 euros

2 réflexions sur “Nina

  1. Merci pour l’article ! J’ai lu un entrefilet là-dessus sur le net, et votre critique m’a motivée à l’offrir à ma filleule pour Noël. J’ai hâte de le recevoir !

    J'aime

  2. Pingback: La sélection 2017-2018 du Prix des Incorruptibles ⋆ Délivrer Des Livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s