2) Direction le Québec avec l’illustratrice Geneviève Godbout !

GGodboutMarineLeroy Crédit photo: © Marine Leroy

Je n’ai découvert que récemment Geneviève Godbout, mais je suis immédiatement tombée sous le charme de son travail. Je suis très contente qu’elle ait accepté de répondre à mes questions…

Bonjour Geneviève. Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs français ? Quels sont les livres pour enfants qui ont marqué votre enfance ? Comment êtes-vous devenue illustratrice, quel est votre parcours professionnel ?

J’ai d’abord étudié en animation traditionnelle au Cégep du Vieux Montréal et aux Gobelins à Paris. Le charme du Vieux Continent a eu son effet. J’ai ensuite bougé à Londres où j’ai travaillé pendant 7 ans pour diverses boîtes de production et pour Disney Consumer Products. Mon expérience à Disney a joué pour beaucoup dans ma carrière. Ce fut six années à perfectionner ma technique, à faire des rencontres formidables, à comprendre les rouages d’une grande entreprise et surtout à me découvrir en tant que dessinatrice. L’espace créatif étant restreint, j’ai entretenu mon blog ce qui m’a donné une certaine visibilité. Tout doucement, j’ai fait mon chemin dans l’édition jeunesse. Et puis, me lancer à mon compte est devenu une évidence. Pour cela et pour d’autres raisons personnelles, je suis de retour à Montréal depuis bientôt deux ans.

Les plus grandes inspirations de mon enfance, et je les sens aujourd’hui dans mon travail, sont les albums de Richard Scarry et l’univers graphique de Mary Blair. Aujourd’hui, ce serait difficile de nommer une seule inspiration. Il y a tellement de belles choses lorsqu’on se donne la peine d’être un peu curieux !

lapinscarry    indienalbinmich

Retrouvez ces ouvrages de Richard Scarry aux éditions Albin Michel. Et ci-dessous, deux des illustrations de Mary Blair: maryblair1 maryblair2 Crédits images: © Le Huffington Post

Quelles techniques utilisez-vous pour vos dessins ?

Je fais tous mes croquis sur Photoshop à l’aide d’une Cintiq. Je trouve cela plus rapide et efficace pour trouver la bonne composition et pour jouer avec les attitudes de mes personnages. Pour la couleur, je préfère les médium traditionnels. Mes petits chouchous sont les pastels Sennelier et les crayons de couleur Polychromos de Faber-Castell.

Félicitations ! Votre dernier ouvrage, Mauvais poil, est finaliste pour le prix jeunesse des libraires du Québec dans la catégorie 0-5 ans (malheureusement non publié en France, mais possibilité de le commander sur le site de la maison d’édition Comme des géants). Selon moi, c’est absolument mérité car c’est un album magnifique. Comment allez-vous tenir jusqu’au verdict du 30 septembre? Et pouvez-vous nous expliquer l’origine de la réédition de l’ouvrage de Charlotte Zolotow datant des années 60 ?

mauvaispoil

Je vais essayer de ne pas trop y penser ! Dans tous les cas, je suis déjà ravie et reconnaissante que Mauvais Poil soit rendu jusque-là. Pour ce qui est de la réédition, ce sont Nadine Robert et Mathieu Lavoie (les éditeurs de Comme des Géants) qui m’ont proposé le projet à l’été 2013. Je pense que mon style un peu rétro correspondait bien au texte de Charlotte Zolotow. Je n’ai pas hésité une seconde à me lancer !

(Mon avis sur le livreMauvais Poil est un album tout simplement irrésistible. Au début de l’histoire, tout va mal: il pleut, il fait gris et monsieur James oublie d’embrasser madame James avant de partir travailler. À cause de la météo et de l’indélicatesse de son mari, madame James est de mauvais poil. Sa mauvaise humeur resurgit sur son fils Jonathan qui va être agressif sans raison avec sa sœur Sally, alors cette dernière va se défouler sur Marjorie, sa meilleure amie. De son côté, Marjorie va s’en prendre à son jeune frère Eddie qui, énervé, chasse son chien Charlot…

Bref, c’est l’effet boule de neige de la mauvaise humeur ! Mais, le petit Charlot ne compte pas laisser la mauvaise humeur gâcher son amitié avec Eddie et brise cette spirale infernale grâce à sa joie communicative ! Véritable ode à la bonne humeur, Mauvais poil est un livre qui fait du bien…

Le texte est simple et beau. Et que c’est agréable de voir la joie de vivre au centre d’un album ! Quant aux illustrations, Geneviève Godbout dresse une galerie de personnages tous plus savoureux les uns que les autres… Très expressifs, ils permettent de couvrir toute la palette des émotions rencontrées dans le récit: la déception, la colère, la rancune, l’énervement, la joie, le pardon, la tendresse, l’entraide et l’amour tout simplement. L’aspect vintage sert tout à fait cette histoire intemporelle qui séduira les enfants de tout temps…

Malheureusement pas publié en France, vous pouvez vous procurer ce livre sur le site Internet de la maison d’édition Comme des géants.)

Pouvez-vous nous parler de vos projets en France ?

La Petite Souris va passer est ma troisième collaboration avec Milan, il s’agit d’un recueil de cinq histoires de la petite souris des dents qui sortira à l’automne.

GGdentsouris

Quels sont vos autres projets ?

Il y a Rose à Petits Pois, c’est mon petit projet chéri ! C’est d’abord une histoire d’amitié entre l’auteur et moi. Cela fait cinq ans que le projet nous suit et évolue. Je travaille fort pour le terminer bientôt afin qu’il soit publié lui aussi à l’automne aux éditions de la Pastèque.

Rose

Il y a aussi When Santa was a baby (texte de Linda Bailey) chez Penguin Random House Canada et traduit en français par Hélène Pilotto aux éditions Scolastic en France, qui sortira sous le nom de Quand le père Noël était petit…

Voici la présentation faite par la maison d’édition: « Dès sa naissance, le petit Santa est déjà un enfant particulier. Il a une petite bedaine et une grosse voix, il ne porte que du rouge et, son plus grand plaisir consiste à redistribuer les cadeaux qu’il reçoit. À bien y penser, ce petit garçon était destiné à devenir le personnage préféré des enfants pendant le temps des fêtes ! »

Santa

PN1   PN2   PN3

Vous êtes publiée par plusieurs éditeurs québécois (éditions les 400 coups, les éditions de la Pastèque, Comme des géants) et des maisons d’édition françaises. Comment vous organisez-vous et de quelle façon sélectionnez-vous les éditeurs ? Ou bien est-ce eux qui choisissent dans vos différents projets ?

Ça fait à peine quatre ans que je travaille dans l’édition jeunesse alors ma façon de fonctionner a beaucoup évolué. Je commence à être de plus en plus sélective. La première chose qui détermine mon intérêt pour un projet est bien entendu l’histoire. Je dois avoir des images en la lisant, je dois être inspirée. Il y a aussi le côté humain et la qualité du livre en tant qu’objet. J’aime faire partie des décisions avant l’impression. Souvent c’est la maison d’édition qui me contacte directement avec un projet (sauf dans le cas de Joseph Fipps et de Rose à Petits Pois). Depuis bientôt deux ans, je travaille aussi pour des maisons d’édition aux États-Unis et au Canada anglais par l’entremise de mon agent à New York (Emily Van Beek, Folio Jr.).

Quels sont les aspects qui vous plaisent particulièrement dans votre collaboration avec Comme des géants ?

J’ai adoré collaborer avec Comme des Géants pour toutes les raisons que j’ai nommées un peu plus haut. C’est facile de communiquer avec Nadine et Mathieu. Pour Mauvais Poil, on bondissait ensemble sur des idées. C’était un travail d’équipe.

D’ailleurs, vous avez collaboré avec Nadine Robert pour l’album Joseph Fipps. Comment s’est déroulé ce travail en commun ?

C’est Nadine qui m’a contacté via mon blog. Au départ, Joseph devait être une petite fille appelée Nanouche. J’ai fait quelques croquis, le projet a évolué et nous l’avons présenté aux éditions de La Pastèque. À l’époque, j’habitais à Londres et la première rencontre s’est faite là-bas ! Maintenant, c’est beaucoup plus facile de se voir. Nous chérissons d’ailleurs un autre projet d’album un peu différent… À suivre !

joseph

Vous travaillez pour des marques de vêtements, comment conciliez-vous la mode et l’édition ? De quelle manière les deux professions se nourrissent-elles l’une de l’autre ?

Je m’occupe seulement des motifs, lesquels sont ensuite imprimés sur du textile. Chaque fois que j’ai collaboré avec Nadinoo ou Mrs.Pomeranz, le résultat de la collection était une surprise. Je vois cette partie de mon travail plus comme un hobby. J’en fais très peu et je collabore avec ces marques avant tout par amitié et parce que j’aime leur travail. Je vois ça comme une bouffée d’air frais, une façon de varier un peu ce que je fais.

mode    mode2

Merci d’avoir répondu à mes questions, Geneviève. Avez-vous autre chose à ajouter ? Une précision sur votre travail, vos sources d’inspiration. Une lecture à conseiller, un artiste ou quoi que ce soit d’autre…

Le métier d’auteur/illustrateur de livres jeunesses est souvent perçu comme quelque chose de ludique, de futile, alors que cela participe à l’imagination et au développement des enfants. Il y a tellement de beaux livres, vieux comme récents, qui valent la peine d’être lus et admirés. On fait toujours des découvertes magiques dans notre librairie de quartier!

Mon site ;) : genevievegodboutillustration.com

*** La bibliographie de Geneviève Godbout:

  • Où s’est caché le sommeil ?, texte de Pierrette Dubé aux Éditions des 400 coups, Canada, 2012
  • La Longue Marche des doudous, texte de Claire Clément, Milan, France, 2012
  • Joseph Fipps, texte de Nadine Robert,Éditions de La Pastèque, Canada, 2013
  • Une petite fille… à croquer !, texte de Christine Frasseto, Flammarion/Père Castor, France, 2013
  • Les Plus Beaux Contes de Mère Grand, Milan, France, 2013
  • Mauvais poil, texte de Charlotte Zolotow, Comme des géants, Canada, 2014
  • Mary Poppins, texte de P.L. Travers, Houghton Mifflin Harcourt, USA, 2015
  • Mary Poppins comes back, texte de P.L. Travers, Houghton Mifflin Harcourt, USA, 2015
  • Mary Poppins opens the door, texte de P.L. Travers, Houghton Mifflin Harcourt, USA, 2015
  • Mary Poppins in the park, texte de P.L. Travers, Houghton Mifflin Harcourt, USA, 2015
  • Kindergarten Luck, texte de Louise Borden, Chronicle Books, USA, 2015

Et le blog de Geneviève Godbout, c’est par ICI.

Des giclées d’art de l’illustratrice sont aussi disponibles sur la galerie d’art en ligne Sur ton mur. Je vous recommande particulièrement les illustrations de Mary Poppins, mes préférées !

marypoppins   surtonmurggcrayon

2 réflexions sur “2) Direction le Québec avec l’illustratrice Geneviève Godbout !

  1. oh merci pour cette découverte et cette interview passionnante ! j’avais déjà vu passer ses illustrations mais sans savoir qui était l’illustratrice! j’adore son travail rétro, et notamment l’illustration de Mary Poppins !

    J'aime

  2. Pingback: Rose à petits pois | Pour se pencher sur la littérature jeunesse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s