On a toujours besoin d’un rhinocéros chez soi

rhinocéros

NOUVEAUTÉ

Le dernier album de Grasset jeunesse, On a toujours besoin d’un rhinocéros chez soi, est une réédition d’un livre datant de 1964 publié par Simon & Schuster, une maison d’édition new-yorkaise. L’auteur Shel Silverstein (1930-1999) est un célèbre auteur-illustrateur pour enfants ayant vendu ses livres à des millions d’exemplaires. Certains sont devenus des classiques comme L’Arbre généreux (dont je vous ai déjà parlé dans ma chronique sur Small de PEF) réédité par l’école des loisirs en 1982. D’autres maisons d’édition ont choisi de faire connaître en France des ouvrages de Shel Silverstein tels que À girafe, girafe et demie (Éditions Passage piétons, 2006), Le petit bout manquant et Le bord du monde chez MeMo (2012).

arbregénéreux  girafe

petitboutmanquant   borddumonde

Revenons à notre rhinocéros…

La force de ce livre réside dans l’idée loufoque de base, l’adoption d’un rhinocéros par des enfants, et la présence (débordante) de l’animal au quotidien. Oui, c’est gros un rhino mais ça permet aussi tellement de choses… Il devient l’allié des enfants à tout point de vue, un formidable compagnon de jeux mais qui oublie parfois qu’il fait plusieurs tonnes !

Le champ des possibles est exploré et le bon sens mis de côté. On rit beaucoup en lisant ce livre.

Après la lecture, le caractère intemporel de ce livre m’a sauté aux yeux. Ce livre est un classique qui a fait rire les enfants des années 60 et qui fera rire ceux d’aujourd’hui. Un rhinocéros qui fait de la corde à sauter, c’est toujours drôle !

Le texte très court et les illustrations au stylo et à l’encre débordent d’humour et d’ironie. On en vient même à se dire que les images se suffisent à elles-mêmes. Des traits noirs sur un fond blanc (la marque de fabrique de Shel Silverstein) pour un livre épuré loin des livres très colorés qui sont souvent proposés aux enfants. Attention, j’aime évidemment la couleur mais c’est bien de leur montrer qu’il y a des bons livres pour petits « en noir et blanc » ! Petit conseil: précisez tout de même que ce n’est pas un livre à colorier…

Bravo à Grasset jeunesse d’avoir eu la bonne idée de le rééditer !

Pour la petite info, sachez que Shel Silverstein a aussi écrit quelques chansons pour de grands artistes dont A boy named Sue pour Johnny Cash.

Site dédié à l’auteur:

http://www.shelsilverstein.com/

***

Maison d’édition: Grasset jeunesse

Année de publication: 1964 puis réédité en 2015

Prix:  16,90 euros

2 réflexions sur “On a toujours besoin d’un rhinocéros chez soi

  1. Pingback: Les sorties : avril 2015 | Le Lapin Blanc

  2. Pingback: Si j’avais une girafe | Pour se pencher sur la littérature jeunesse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s