L’enfant des sables

enfantdessables

J’ai découvert ce livre, complètement par hasard, dans une salle d’attente : « Quoi, un album de Nadja qui ne me dit absolument rien ! »

L’enfant des sables a été publié en 1992 à l’école des loisirs mais n’est malheureusement plus édité, c’est donc devenu un objet rare. Si vous pouvez vous le procurer ou si vous avez la chance comme moi de tomber dessus, n’hésitez pas !

Sur une plage, Lisa, une petite fille, se fabrique un ami en sable comme d’autres font des châteaux. Mais, la marée finit par faire son oeuvre, son copain est avalé par les flots et Lisa manque de se noyer.

La nuit suivante, une ombre sort de l’eau pour se glisser dans la chambre de Lisa. Au réveil de la petite fille, l’ombre qui était en fait l’enfant fait de sable lui glisse un collier de coquillages autour du cou et lui fait promettre de garder le talisman une année entière sans rien dire à personne. Ce temps écoulé, il reviendra et sera son ami pour toujours.

Seulement voilà, au petit matin, le collier a disparu. Rêve ou réalité ? La petite fille se fabrique elle-même un collier de coquillages, refuse de l’enlever sous aucun prétexte et garde son secret.

Un an plus tard, jour pour jour, Lisa attend son ami sur la plage. Personne ne sort de l’eau ou du sable… Elle finit par retirer le collier et le rendre à la mer. Quelques instants plus tard, sa mère lui présente un petit garçon (leur nouveau voisin) qui ressemble étrangement à… l’enfant des sables ! Le livre se termine sur les deux enfants se parlant comme s’ils se connaissaient depuis toujours.

Nadja bouscule les codes en jouant avec les limites du rêve et de la réalité. Elle appliquera  le même procédé en donnant vie à un personnage de papier dans La Petite Fille du livre ou encore à une poupée dans Méchante. 

petitefilledulivreméchante

Les livres de Nadja proposent aux très jeunes lecteurs une initiation au fantastique (les contes de fées et les légendes auraient accompagné l’enfance de l’auteur) et les enfants, qui aiment avoir un peu peur, sont remués à bien des égards: est-ce que cette histoire est possible dans la vraie vie ? Et même si elle semble choisir l’hypothèse surnaturelle à la fin de son livre, elle ne tranche pas laissant à l’enfant le choix de l’identité du petit garçon: nouveau voisin ou enfant des sables ?

Toutes ces interrogations amènent les enfants à poser les limites entre l’imaginaire et le réel, puis ils comprennent aussi que tout est possible dans un livre contrairement à la vie. Un ouvrage comme celui-là les emmène encore plus loin avec l’idée que, parfois, tout n’est pas explicable.

Dans cet album, les peintures en pleine page de Nadja évoquent à la fois une atmosphère très douce aux couleurs pastel pour le quotidien et des couleurs très foncées laissant planer un certain sentiment d’angoisse et de mystère pour le passage au fantastique.

L’enfant des sables est le quinzième album de Nadja (sur soixante environ) et il est arrivé trois ans après son célèbre Chien bleu. La petite Lisa ressemble d’ailleurs étrangement à Charlotte. On retrouve aussi le thème de la recherche d’amitié, la statue de sable succédant au chien bleu.

Chienbleu

Pour ceux qui ne connaîtraient pas Nadja, voici le lien vers sa fiche d’auteur sur le site de l’école des loisirs:

http://www.ecoledesloisirs.fr/php-edl/auteurs/fiche-auteur-nvo.php?codeauteur=208

À noter que L’enfant des sables n’apparaît pas dans sa liste d’ouvrages sur le site de la maison d’édition alors qu’il est sur celle de Wikipédia…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s