La Boulangerie du pommier qui n’est pas encore né

Quel titre étrange, non ?

Rassurez-vous, ce n’est pas un vrai livre… C’est juste un mix des titres de trois livres que j’aime beaucoup publiés chez Grasset jeunesse.

boulangerie  pommier  petitfrere

La boulangerie de la rue des dimanches (écrit par Alexis Galmot et illustré par Till Charlier) est un livre pour les « lecteurs en herbe » comme l’indique la maison d’édition. Effectivement, ce texte est très bien écrit et c’est réellement de la littérature, n’ayons pas peur des mots ! Les enfants (à partir de 7/8 ans) suivront avec plaisir le destin de Jack Talboni, petit orphelin sans le sou, mais dont les parents ont tout de même eu le temps de lui transmettre l’amour de la musique (particulièrement Les Quatre Saisons de Vivaldi) et tout simplement l’amour de la vie. Après de multiples péripéties que je vous laisse découvrir, notre petit héros poursuit son chemin (aidé par une certaine fée bleue) guidé par l’envie de devenir boulanger-pâtissier.

Mais seulement voilà, il ne sait faire que des baguettes pas trop cuites et des religieuses au chocolat. Un peu mince pour ouvrir sa boulangerie, vous ne croyez pas ? Et non, car ces deux choses, il les fait à merveille et tout le quartier se précipite à la boulangerie de la rue Dipoule. Victime de son succès et d’une horloge capricieuse, Jack travaille sans relâche et oublie qu’il y a une vie en dehors de la boulangerie.

Et comme pour ses parents rencontrés au conservatoire, c’est la musique qui va redonner un sens à sa vie et le mettre sur le chemin de l’amour… Et oui, on a le droit à une belle happy end comme les enfants les aiment ! Bien entendu, les parents apprécieront tout autant ce livre original et drôle aux illustrations superbes.

Un pommier dans le ventre est un album de l’auteur Simon Boulerice et Gérard Dubois s’est chargé des illustrations.

C’est l’histoire de Raphaël qui aime les pommes. Il les mange en entier (pépins y compris) et cela choque son camarade d’école, Rémi, qui prétend qu’un pommier va se mettre à pousser dans son ventre… Le petit mangeur de pommes prend peur et va tenter par tous les moyens de démontrer à Rémi (et surtout à lui-même) que cela est impossible. Mais, Rémi a réponse à tout et Raphaël est désormais catastrophé.

Cet album fait monter le suspens par tous les aspects possibles : au fil de l’ouvrage, les couleurs rouge et noir prennent de plus en plus de place ; on bascule de la naïveté enfantine au fantastique (l’enfant qui se transforme en arbre) et toutes les réflexions logiques sont balayées d’un revers de main. La fatalité est tombée, trop tard.

Rémi va-t-il réellement se transformer en pommier ? Heureusement qu’un personnage plus fort que tout va se mêler de cette histoire pour que tout rentre dans l’ordre ! Qui donc ? Le roi des pommes ? Le chef des pépins ? Le président des petits garçons trop gourmands ?

Non, la maman de Raphaël tout simplement…

L’histoire simple mais efficace est magnifiquement illustrée par des dessins vintage. L’esthétique rétro, très à la mode, apporte un cachet supplémentaire à cet album dont la couverture accroche immédiatement l’œil.

On peut donc dévorer ce livre et ouf, on peut continuer à manger des pépins car c’est bien connu : « Mangez des pommes ! »

NOUVEAUTÉ

En ce qui concerne le petit dernier, Lettres à mon cher petit frère qui n’est pas encore né, le texte est de Frédéric Kessler et les dessins d’Alain Pilon. On en parle beaucoup depuis sa sortie en février tellement ce livre vaut le coup d’être lu et relu ! L’idée de base est simplement géniale: imaginer une correspondance entre un grand frère de 3 ans et son petit frère encore dans le ventre de sa (leur) mère quelque temps avant de naître.

Comme deux personnes qui ne se connaissent pas, ils se vouvoient et si le petit a beaucoup d’appréhension à l’idée de découvrir le monde, il n’est que tendresse et admiration pour son grand frère qui semble tout savoir contrairement à ce dernier qui n’a pas tellement envie que ce bébé arrive dans le trio parfait qu’il forme avec ses parents. Le ton décalé est très amusant et les illustrations sont absolument magnifiques.

Dans la littérature jeunesse, l’arrivée du deuxième enfant dans la famille est un thème très exploité avec son pendant obligatoire, la jalousie de l’aîné. Dans ce livre, l’axe choisi de la correspondance pour aborder ce sujet est original et donne un petit air de nouveauté qui séduira petits et grands.

En bonus, voilà la 4e de couverture que je trouve irrésistible :

Petit monsieur tout nu,

À la maison, on ne parle que de vous, alors que vous n’êtes même pas encore né, ça promet…

Surtout, prenez votre temps pour sortir, rien ne presse.

Votre grand frère habillé de la tête aux pieds.

Bonnes lectures et n’hésitez pas à laisser vos avis !

Maison d’édition: Grasset jeunesse

Années de publication: 2011 pour La boulangerie…, 2014 pour Un pommier… et 2015 pour Lettres à mon petit frère…

Prix: 13 euros La boulangerie…, 13, 50 euros pour Un pommier… et 13, 90 euros pour Lettres à mon petit frère…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s